Accueil
Galerie vidéo

Vidéos CERSA

Bulletin d'information

Inscription à la newsletter

Appels d'offres

Programme de Recherche Master en Sciences Aviaires

Date limite de candidature: 30/03/2018

Programme de Recherche Doctorale en Sciences Aviaires

Date limite de candidature: 30/03/2018

Avis d’appel d’offres ouvert

Date limite de candidature: 16/03/2018

Témoignages

  • Florence Missodé, Elève-avicultrice  (2016) J’ai une petite parcelle que je peux exploiter et j’ai un peu de moyens financiers aussi. Avec cette formation du CERSA, je pense avoir les moyens de devenir une bonne avicultrice.
    Florence Missodé, Elève-avicultrice (2016)

  • Abidi BILALISSI « Ma soutenance a porté sur ‘’Etude du meilleur moment pour l’inoculation in ovo d’un extrait hydro-alcoolique des feuilles moringa dans les œufs à couver des reproducteurs chair’’. La soutenance s’est bien passée et je suis très heureux. Avoir une note de 18 sur 20, ce n’était pas évident. Ceci me donne une ouverture sur la thèse si le CERSA m’en donne l’occasion ».
    Abidi BILALISSI

  • NIDEOU DASSIDI, doctorant tchadien en Sciences Aviaires Je suis convaincu de pouvoir participer efficacement à la fructification de la recherche dans ce domaine au Togo, au Tchad mon pays d’origine ou partout en Afrique, avec mon dynamisme et mes atouts techniques acquis au CERSA.
    NIDEOU DASSIDI, doctorant tchadien en Sciences Aviaires

  • N’NANLE Oumbortime, doctorant togolais en Sciences Aviaires Etudier au CERSA, c’est l’assurance d’un appui financier pour publier nos travaux de recherches dans des journaux scientifiques de renom. En outre, l’excellence visée par le centre représente un gage d’insertion professionnelle rapide.
    N’NANLE Oumbortime, doctorant togolais en Sciences Aviaires

  • NIDEOU DASSIDI, doctorant tchadien en Sciences Aviaires Toutes ces expérimentations que j’ai réalisées au Laboratoire des Sciences Aviaires m'ont permis d'avoir une expérience professionnelle probante, et m'ont conforté dans mon projet de devenir chercheur en Sciences Aviaires.
    NIDEOU DASSIDI, doctorant tchadien en Sciences Aviaires

  • Michel OROUNLADJI « Je suis trop fier de la formation au CERSA. Mon thème de recherche c’est ‘’Effet de la chaleur sur les performances bioéconomiques des pintades (Numida meleagris) locales au Bénin’’ J’en profite pour remercier le CERSA et la Banque mondiale pour le financement sans oublier le Laboratoire de Zoo économie dans lequel j’ai travaillé à l’Université d’Abomey-Calavi au Bénin dans le cadre de mes travaux. Comme perspective, je compte poursuivre mes travaux en année de thèse. »
    Michel OROUNLADJI

  • Amedzrovi Ablamvi, Elève-aviculteur (2016) La formation prodiguée par le CERSA m’a donné l’opportunité de renforcer mes connaissances et compétences en matière d’aviculture
    Amedzrovi Ablamvi, Elève-aviculteur (2016)

  • Yagla Baréléma, Elève-avicultrice Pour l’heure je n’ai pas beaucoup d’argent pour commencer véritablement mais cette formation qui est le fruit du partenariat entre le CERSA et le Fonds d’Appui aux Initiatives Economiques des Jeunes, j’ai la ferme conviction que tout ira bien puisque j’ai la volonté de pratiquer l’aviculture.
    Yagla Baréléma, Elève-avicultrice

  • N’NANLE Oumbortime, doctorant togolais en Sciences Aviaires La dimension régionale matérialisée par la sélection d’étudiants anglophones est une chance pour nous francophones d’améliorer significativement notre niveau en anglais scientifique.
    N’NANLE Oumbortime, doctorant togolais en Sciences Aviaires

  • Prof. Komlan BATAWILA, 1er vice-Président de l’Université de Lomé « Je crois que c’est une très bonne chose. Le CERSA à travers ces premières soutenances est sur la bonne voie. A travers des documents qui sont produits et à travers la qualité des étudiants qui sont formé au CERSA. C’est une chose à encourager car le CERSA est sur la bonne voie ; ça s’inscrit dans le cadre de la sécurité alimentaire. Nous sommes tous demandeurs en protéines animales et puisque ces documents (mémoires) portent sur la recherche, et que ces travaux peuvent déboucher sur l’amélioration de la production animale, c’est une bonne chose ».
    Prof. Komlan BATAWILA, 1er vice-Président de l’Université de Lomé

Tous nos témoignages