Accueil
Actualites
Le programme Master du CERSA engagé dans un processus d’accréditation

Le programme Master du CERSA engagé dans un processus d’accréditation

Lomé le 18 août 2017 – Les Masters du Centre d’Excellence Régional sur les Sciences Aviaires (CERSA) vont être bientôt évalués en vue d’une accréditation internationale. Une convention a été signée en juillet dernier entre le CERSA et le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES) basé en France.

Le programme Master du CERSA comporte cinq spécialités à savoir :
i)   Procédés de Transformation et sécurité sanitaire des produits avicoles,
ii)  Biosécurité et biosûreté de la filière avicole,
iii) Techniques de productions avicoles,
iv) Biotechnologie et génétique avicole et
v) Socio-économie et marketing de la filière avicole.

Ce processus d’accréditation démarré en 2016 passe par plusieurs étapes et prend fin en 2018. C’est à ce moment-là que le CERSA, l’un des 22 Centres d’Excellence Africains financés à ce jour par la Banque mondiale, se verra signifier la décision concernant l’accréditation de son programme Master.

« Le rapport d’évaluation qui sera ainsi établi par le HCERES constitue un diagnostic qui servira d’outil d’aide à la décision pour le centre (…) ; il n’a aucun caractère contraignant ni prescriptif pour l’établissement», indique la convention. « La décision concernant l’accréditation des formations correspond à l’attribution d’un label », précise le document.

Financé par la Banque mondiale pour plus de 4 milliards de FCFA, le CERSA créé en 2014, forme des diplômés qualifiés d’Afrique de l’Ouest et du Centre de niveau Master et Doctorat. Il donne également des formations professionnelles de courte durée aux éleveurs ou aux personnes intéressées par la filière. A travers ses recherches et innovations, le centre permet de répondre efficacement aux nombreux défis spécifiques à la filière avicole.

Rédiger un commentaire

Bulletin d'information

Inscription à la newsletter

Appels d'offres

Programme de Recherche Master en Sciences Aviaires

Date limite de candidature: 30/03/2018

Programme de Recherche Doctorale en Sciences Aviaires

Date limite de candidature: 30/03/2018

Avis d’appel d’offres ouvert

Date limite de candidature: 16/03/2018

Témoignages

  • Abidi BILALISSI « Ma soutenance a porté sur ‘’Etude du meilleur moment pour l’inoculation in ovo d’un extrait hydro-alcoolique des feuilles moringa dans les œufs à couver des reproducteurs chair’’. La soutenance s’est bien passée et je suis très heureux. Avoir une note de 18 sur 20, ce n’était pas évident. Ceci me donne une ouverture sur la thèse si le CERSA m’en donne l’occasion ».
    Abidi BILALISSI

  • NIDEOU DASSIDI, doctorant tchadien en Sciences Aviaires Toutes ces expérimentations que j’ai réalisées au Laboratoire des Sciences Aviaires m'ont permis d'avoir une expérience professionnelle probante, et m'ont conforté dans mon projet de devenir chercheur en Sciences Aviaires.
    NIDEOU DASSIDI, doctorant tchadien en Sciences Aviaires

  • Martine GANDJETO « J’ai soutenu sur le thème ‘’Evaluation des propriétés enzymatiques des termites utilisés en alimentation des poulets de chair au Bénin’’. Ça a été une expérience riche en découvertes. Je compte bien m’installer en créant une usine de fabrication d’aliment de volaille ».
    Martine GANDJETO

  • Florence Missodé, Elève-avicultrice  (2016) J’ai une petite parcelle que je peux exploiter et j’ai un peu de moyens financiers aussi. Avec cette formation du CERSA, je pense avoir les moyens de devenir une bonne avicultrice.
    Florence Missodé, Elève-avicultrice (2016)

  • N’NANLE Oumbortime, doctorant togolais en Sciences Aviaires La dimension régionale matérialisée par la sélection d’étudiants anglophones est une chance pour nous francophones d’améliorer significativement notre niveau en anglais scientifique.
    N’NANLE Oumbortime, doctorant togolais en Sciences Aviaires

  • Prof. Komlan BATAWILA, 1er vice-Président de l’Université de Lomé « Je crois que c’est une très bonne chose. Le CERSA à travers ces premières soutenances est sur la bonne voie. A travers des documents qui sont produits et à travers la qualité des étudiants qui sont formé au CERSA. C’est une chose à encourager car le CERSA est sur la bonne voie ; ça s’inscrit dans le cadre de la sécurité alimentaire. Nous sommes tous demandeurs en protéines animales et puisque ces documents (mémoires) portent sur la recherche, et que ces travaux peuvent déboucher sur l’amélioration de la production animale, c’est une bonne chose ».
    Prof. Komlan BATAWILA, 1er vice-Président de l’Université de Lomé

  • N’NANLE Oumbortime, doctorant togolais en Sciences Aviaires Etudier au CERSA, c’est l’assurance d’un appui financier pour publier nos travaux de recherches dans des journaux scientifiques de renom. En outre, l’excellence visée par le centre représente un gage d’insertion professionnelle rapide.
    N’NANLE Oumbortime, doctorant togolais en Sciences Aviaires

  • NIDEOU DASSIDI, doctorant tchadien en Sciences Aviaires Avec le CERSA, j’ai acquis de grandes connaissances, et développé des compétences dans le domaine des Sciences Aviaires notamment pendant la réalisation des recherches au sein du laboratoire des Sciences Aviaires du CERSA de l’Université de Lomé.
    NIDEOU DASSIDI, doctorant tchadien en Sciences Aviaires

  • Michel OROUNLADJI « Je suis trop fier de la formation au CERSA. Mon thème de recherche c’est ‘’Effet de la chaleur sur les performances bioéconomiques des pintades (Numida meleagris) locales au Bénin’’ J’en profite pour remercier le CERSA et la Banque mondiale pour le financement sans oublier le Laboratoire de Zoo économie dans lequel j’ai travaillé à l’Université d’Abomey-Calavi au Bénin dans le cadre de mes travaux. Comme perspective, je compte poursuivre mes travaux en année de thèse. »
    Michel OROUNLADJI

  • Pyalo Tchoou, Elève-avicultrice (2016) J’avais de petites notions sur les poules pondeuses que je veux élever mais avec cette formation modulaire avec différents cours tels que la gestion et le suivi des poules pondeuses et coquelets que nous a donnée le CRSA, je me sens prête pour mener à bien mes activités
    Pyalo Tchoou, Elève-avicultrice (2016)

Tous nos témoignages